Edito

Cumul des mandats : pas de rupture au Sénat
Les sénateurs seraient-ils plus attachés au cumul des mandats que leurs homologues de l’Assemblée nationale ? C’est en tout cas ce dont ils viennent de témoigner en rejetant en commission, le 11 septembre, le projet de loi interdisant le cumul d’un mandat parlementaire avec un mandat d’exécutif local. Adopté par l’Assemblée nationale le 9 juillet dernier, ce texte ne prévoit une entrée en vigueur qu’à compter de 2017, année des prochaines élections législatives. « Je sais que la rupture est douloureuse. Mais le fait de ne pouvoir exercer pleinement son mandat de maire et son mandat parlementaire est tout aussi douloureux », avait déclaré le ministre de l’Intérieur aux sénateurs la veille. Une douleur dont on ne souhaite manifestement pas entendre parler au Palais du Luxembourg.