Mon village sur Facebook ?

clocherfbElu(e), adjoint(e), secrétaire de mairie ou encore chargé(e) de communication, vous êtes nombreux à vous poser cette question : faut-il créer une page Facebook pour votre commune ? La réponse dépend en réalité de ce que vous souhaitez en faire, mais également du temps dont vous disposez.

 

 


La réponse est oui

 

pagefbgrainvilleVille ou village qui animez un site Internet, vous avez déjà franchi le pas de l’information en ligne. En postant régulièrement des articles et des photos sur votre site web, vous avez ainsi initié une relation numérique avec les habitants. Félicitations ! En langage communication, on parle alors d’« information pull », autrement dit une information en ligne que tout « citoyen-internaute » pourra retrouver via la consultation directe de votre site Internet ou après avoir effectué une requête dans un moteur de recherche. Mais voilà que vous titille aujourd’hui l’envie de franchir un pas de plus en vous lançant dans l’« information push », c’est à dire celle qui vient directement à l’internaute, sur son mur d’actualité Facebook par exemple. Dans ce cadre, avoir une présence sur ce réseau social peut utilement constituer un moyen aussi simple que gratuit d’optimiser votre communication municipale. Sans compter qu’il est désormais possible de conjuguer les deux.


A Grainville-la-Teinturière (Seine-Maritime, 1076 habitants), par exemple, les actualités mises en ligne sur le site Internet de la commune (www.grainville-la-teinturiere.fr) sont régulièrement propulsées sur la page Page Facebook officielle de la ville.

 


La réponse est non

 

pagefbronchinReste que communiquer suppose un engagement qui nécessite de maîtriser opportunité des sujets à aborder et respecter un calendrier pertinent. D’où la nécessité de se poser quelques questions essentielles avant de se lancer : Qui parle ? Est-ce le maire, un élu, un agent ou encore la commune dans son ensemble ? Quels sujets vont être abordés ? A quelle fréquence communiquer en ligne auprès des habitants ? Qui sera chargé d’animer, de vérifier, voire de modérer les contenus ?

 

Sans réponses préalables précises à ces interrogations, la communication initiée ne trouvera pas un terreau favorable à son avènement sur les réseaux sociaux. D’autant que ces derniers laissent généralement aux internautes la possibilité de commenter, voire de critiquer les informations dispensées. Et en ligne, tout comme sur la place publique, la controverse peut s’installer, parfois même avec véhémence. Le responsable de la page Facebook peut alors se trouver démuni si son code de conduite n’a pas été préalablement clairement clarifié, surtout s’il ne l’a pas partagé avec l’ensemble de l’équipe municipale.

 

A Ronchin (Nord, 18 500 habitants), c’est un habitant qui administre le groupe public de la commune, baptisé « Tu sais que tu as habité Ronchin » sur Facebook. Un groupe qui comporte aujourd’hui près de 5 000 membres et sur la page duquel chaque habitant peut lancer un sujet de discussion.



Vous avez dit « Page » ?


Une présence sur Facebook peut en réalité prendre deux formes différentes : soit celle d’une « Page », soit celle d’un « Groupe ».


Une Page Facebook est, au départ, destinée à permettre à des particuliers, à des personnalités ou à des entreprises de communiquer avec leurs amis, leurs « fans » ou leurs clients. Dans ce cadre, la communication est essentiellement à vocation unidirectionnelle, autrement dit de l’auteur unique vers des lecteurs, même si ces derniers peuvent éventuellement réagir.


Un Groupe Facebook (ou communauté) vise pour sa part à permettre à chacun de ses membres de communiquer entre eux. C’est ici l’idée de communauté qui prime. En pratique, un groupe peut être ouvert ou fermé. Dans les deux cas, le groupe doit être doté d’un administrateur chargé d’assurer la modération et de contrôler les éventuels dérapages.


La présentation et les fonctionnalités associées à chacun de ces deux modes de présence sur Facebook tendent toutefois de plus en plus à les confondre.

 


Une page Facebook, oui mais laquelle ?

 

Doit-on constituer un groupe fermé ou public ? Une fois la décision prise de se lancer sur Facebook, de nouvelles questions se posent. Car en tant que collectivité publique, une commune ne saurait en aucun cas se présenter sur les réseaux sociaux au travers d’une PAGE PERSONNELLE qui coopterait des « amis ». A l’instar de votre Mairie, dont chacun a le droit de pousser la porte, il peut donc être préconisé, pour une meilleure efficience de la communication, d’ouvrir un GROUPE PUBLIC, dont les internautes deviendront rapidement (et sans avoir besoin d’en effectuer la demande) des « fans ».


likefbAprès quelques clics, la magie s’opère… L’actualité de la commune, ses manifestations sont « likées », aimées, partagées, propulsées, commentées… Le retour sur investissement (essentiellement du temps passé puisque ce service est gratuit) est généralement immédiat et l’action de la municipalité, des équipes, des associations et des bénévoles rencontrent la plupart du temps un réel retentissement, le plus souvent très encourageant !


Martine Cartier

www.tambourdeville.com

30 octobre 2016

One thought on “Mon village sur Facebook ?

  1. Cela semble extraordinaire. On y pense de plus en plus pour « chez nous » … Discussions autour de ce sujet à la rentrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *